Métiers

Le peintre

Peintre-matériel-couleur-protection
Graffiti-couleur-masque-anti-poussière

Le métier

 Le peintre est une personne appliquée, minutieuse avec un grand sens de l'harmonie des couleurs.

Il doit doit avoir une connaissance approfondie des différents supports sur lesquels il doit travailler. En effet, c'est grâce à leur préparation poussée qu'il arrivera à obtenir une surface parfaitement lisse, nécessaire à l'application de divers matériaux (peinture, papier peint...). Il prépare les mélanges de couleurs et harmonise les nuances. Le peintre doit faire preuve d'une grande dextérité et de beaucoup de soin.

Son métier nécessite de se tenir au courant des nouvelles techniques de pose ou de réalisation. Il faut aussi un renouvellement constant dans les connaissances, sur les nouveaux matériaux pour pouvoir proposer au client le rendu qu'il souhaite.

Ce dernier point permet de souligner que le peintre est souvent en contact direct avec les clients. Par conséquent, il doit savoir écouter et proposer des solutions en fonction du souhait de ces clients.

Les risques

Le peintre est soumis à de nombreux risques :

  • L’exposition aux produits chimiques que ce soit les différents types de peinture ou les enduits, les colles…
  • La respiration de poussières qui surviennent lors de la préparation des différents supports. Ces poussières ne sont d’ailleurs pas toujours bien définies.
  • Le risque sonore survient aussi lors de la préparation des supports, lors de l’utilisation de ponceuse ou tout autre outil bruyant.
  • Les chutes de hauteur peuvent aussi être un risque, puisque le peintre travaille souvent en hauteur.
  • Suivant ses positions de travail, il peut avoir mal au dos ou à des articulations. Les gestes répétitifs peuvent aussi amener des douleurs.
  • Son poste de travail est parfois assez encombré, car il peut être amené à travailler dans des endroits exigus avec du matériel important.

La prévention immédiate, simple et peu onéreuse

Pour cela, nous allons reprendre les risques évoqués ci-dessus et voir quels sont ceux qui peuvent être évité ou réduit dans une première intention.

La respiration de poussière peut être atténuée en utilisant un masque anti-poussière adapté au type de poussières générées (taille, nature).

Le risque sonore est facilement évitable en portant des bouchons d'oreille. Les moins chers étant ceux en mousse, le mieux étant d'avoir des bouchons d'oreille moulés qui sont parfaitement adaptés à l'oreille de chaque salarié puisqu'une empreinte de l'oreille est faite par l'entreprise réalisant les protections. Ces derniers permettent aussi la communication car ils filtrent certaines fréquences de sons.

Pour ce qui est du mal au dos ou aux articulations, il est tout à fait possible de commencer sa journée par des échauffements ou de la terminer par des étirements. En cas de position inconfortable, il est aussi possible de faire des pauses régulièrement.

Pour ce qui est des chutes de plain pied, il est facile de diminuer fortement ce risque en rangeant son poste de travail, tout en essayant qu'il soit pratique pour limiter les déplacement par exemple.

Pour aller plus loin : une prévention sur le long terme

Comme pour la prévention simple et immédiate, reprenons les risques auxquels le peintre est soumis.

Exposition aux produits chimiques

La limitation de l'exposition aux produits chimiques demande du temps et parfois de l'investissement. En effet, comment faire pour limiter l'exposition aux produits chimiques?

Il existe plusieurs pistes à étudier. Il faut tout d'abord réfléchir aux produits utilisés. Est ce que les produits que j'utilise sont nocifs pour ma santé et/ou celle de mes employés? Pour cela, il faut étudier les FDS, ces fiches vous donnent toutes les informations sur le produit que vous utilisez. Si le produit est nocif, puis-je le remplacer par un autre produit moins nocif? En faisant, cela je limite l'exposition aux produits chimiques dangereux pour la santé.

Dans un second temps, je peux mettre en place des protections collectives. Comment? J'investis, par exemple, dans un extracteur d'air avec filtre, ce qui va me permettre de diminuer l'exposition aux vapeurs des produits. Puis, je peux acheter des masques filtrants qui de vont aussi permettre d'éviter l'exposition des travailleurs aux vapeurs. Attention à bien les utiliser, une sensibilisation est nécessaire pour le port du masque. De plus, si l'utilisation est prolongée (plusieurs heures par jour), il faut penser à un appareil qui permet l'apport d'air filtré. Cela peut, par exemple, être un masque relié à un système (moteur et filtres) qui apporte l'air. Cela évite au peintre de forcer pour respirer. Cette dernière solution est utilisable tout le temps, mais est souvent recommandée pour des produits irritants et dans des conditions de ventilation minimes.

Exposition aux poussières

Pour ce qui est des poussières, les protections seront différentes s'il s'agit de poussières de plâtres, de poussière de bois... Attention, lorsque vous intervenez sur des bâtiments assez anciens, à la présence d'amiante ou de plomb dans les surfaces à poncer. Dans ces deux derniers cas, les protections sont tout autres. Vous trouverez des détails sur les articles sur le plomb et sur l'amiante.

Pour faire baisser l'exposition aux poussières, il faut les capter à la source. En effet, de nombreux équipements destinés aux professionnels permettent de capter les poussières au niveau de leur émissions, ces outils sont équipés "d'aspirateurs" avec des filtres pour éviter le rejet des poussières dans l'atmosphère.

Les chutes de hauteur

Pour éviter les chutes de hauteur, il faut investir dans des équipements de protection collective. Tout d'abord, on peut penser à l'échafaudage (roulant ou fixe), mais il existe aussi des PIRL (Plateforme Individuelle Roulante Légère), des nacelles élévatrices. Pour chacun de ces systèmes, il faut avoir reçu une formation spécifiques (sauf pour les PIRL). Il n'est pas toujours nécessaire d'acheter ces équipements, il est aussi possible de les louer.

Pour l'utilisation des nacelles, il faut que l'utilisateur soit muni d'un harnais et soit formé à son port.

Les troubles musculo-squelettiques

Ce sont les maladies professionnelles les plus fréquentes. Elles amènent une baisse de qualité du travail et une baisse de performance. Pour éviter ces troubles, il faut former les salariés aux gestes et postures (ou formation PRAP : prévention des risques liés à l’activité physique), essayer d'alterner les tâches pour éviter de faire le même geste trop longtemps, aménager au mieux son poste de travail. Si le besoin s'en fait ressentir, il est tout à fait possible de faire appel à la médecine de travail pour qu'elle vous aide à étudier les différents postes de travail de votre métier.

Conclusion

Le métier de peintre est un métier très polyvalent et ainsi il est soumis à des risques variés. L'important est de toujours être dans un objectif de protection du travailleur et d'écoute vis à vis des salariés. Ils ont souvent des solutions pour se protéger et celles-ci demandent peu d'investissement.

Si vous souhaitez avoir plus d'informations sur les risques et la prévention liés à ce métier, n'hésitez pas à me contacter. Vous pouvez aussi consulter le site de l'INRS.

Peintre-harmonisation-des-couleurs

Vos questions ou suggestions...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.