Métiers

L’électricien

électricien-tableau-électrique
electricien-article-metier

Le métier

L’électricien est rigoureux et possède le sens des responsabilités. Sur un chantier de construction ou de rénovation, il effectue les travaux d’installations électriques, pose des lignes de câbles et raccorde les différents équipements électriques. Il sait lire les schémas électriques ainsi que les plans des bâtiments, il repère l’emplacement des disjoncteurs, tableaux ou armoires électriques. A la fin de ses travaux, il vérifie si l’installation est conforme et la met en service en présence du maitre d’ouvrage et du chef de chantier.

L'électricien peut travailler pour des particuliers ou des entreprises. Dans tous les cas, il faut qu'il soit habilité selon la norme NF C 18-510.

Avec les innovations technologiques, ses domaines d’activité s’étendent à l’installation de nouveaux systèmes de surveillance et de sécurité. Il assure aussi le câblage des systèmes de chauffage ou de climatisation.

Les risques

L'électricien est soumis à de nombreux risques :

  • L'électrisation et l'électrocution sont 2 risques importants. Dans les 2 cas, c'est le passage de courant électrique à travers le corps, mais dans le cas de l'électrocution la personne décède et dans le cas de l'électrisation la personne ne décède pas mais peut être gravement blessée.
  • Le risque de brûlure. Ce risque peut arriver en cas de court-circuit.
  • Les chutes de hauteur sont un autre risque, l'électricien peut, en effet, être amené à travailler en hauteur.
  • Suivant ses positions de travail et le poids des charges qu'il transporte, il peut avoir mal au dos ou à des articulations.
  • Il peut aussi être amené sur chantier à travailler avec d’autres corps d'état. Un des risques important est la coactivité, c'est à dire la gestion des activités qui ont lieu en même temps au même endroit.

La prévention immédiate, simple et peu onéreuse

Pour cela, nous allons reprendre les risques évoqués ci-dessus et voir quels sont ceux qui peuvent être évité ou réduit dans une première intention.

Tout d'abord pour réduire le risque d’électrisation (ou d'électrocution), il faut que l'électricien soit formé selon la norme NF C 18-510. Cette norme est maintenant rentrée dans le code du travail par arrêté (Arrêté du 26 avril 2012), elle détaille de nombreux points sur la sécurité et la prévention sur le métier d’électricien. Notamment, le port des EPI, les gants d'électricien, le casque avec visière, le tapis isolant et enfin les outils isolés adaptés au domaine de tension d'intervention. Ces EPI doivent être vérifiés régulièrement et ont des dates limites d'utilisation. Dès que celles-ci sont dépassées, il est nécessaire de changer ces équipements.

La brûlure arrive souvent lors d'un court-circuit. Si le court-circuit a lieu, les électriciens sont souvent brûlés au visage et sur les membres supérieurs. Ainsi, il faut toujours porter son casque à visière, ses gants d'électricien et ses habits d'électricien (le plus souvent en coton).

Pour ce qui est du mal au dos ou aux articulations, il est tout à fait possible de commencer sa journée par des échauffements ou de la terminer par des étirements. En cas de position inconfortable, il est aussi possible de faire des pauses régulièrement. Pour le port de charges, il faut savoir que celui-ci est limité à 55 kg suivant le code du travail (article 4541-9 du code du travail). Dans de nombreuses entreprises, il est d'usage que les employés ne portent pas de charge supérieure à 25 kg.

Attention, à la manutention de tourets électriques et à leur poids. Il est fortement recommandé d'utiliser des engins mécaniques pour leur manutention. Il faut faire attention au sol sur lequel vous évoluez, goudron, sable, terre et aussi à l'inclinaison de celui-ci.

Pour ce qui est de la coactivité, la prévention commence par des gestes simples. Tout d'abord maintenir son espace de travail aussi rangé que possible. Surtout, il faut éviter les choses au sol (fils électriques, outils...) cela pourrait engendrer des chutes de plain pied pour vous ou pour les autres personnes travaillant sur le chantier. Lorsque l'électricien travaille, il doit baliser sa zone pour éviter que d'autres corps d'état rentrent dans une zone pour laquelle ils ne sont pas habilités.

Pour aller plus loin : une prévention sur le long terme

Comme pour la prévention simple et immédiate, reprenons les risques auxquels l'électricien est soumis.

L'électrisation et l'électrocution

Ces 2 risques sont les plus importants pour un électricien, car ce sont les plus graves. Il est tout à fait possible de les éviter en respectant des méthodes de travail strictes conformes à la norme NF C 18-510, en plus des mesures de prévention abordées au paragraphe précédent. Selon  les domaines de tension et les types d'opérations réalisés, les électriciens doivent avoir reçu une formation spécifique. Vous trouverez ci-dessous les habilitations que doivent avoir les électriciens en fonction des travaux qu'ils doivent faire et en fonction des domaines de tensions.

 Par exemple, un électricien habilité B2C peut travailler en basse tension en tant que chargé de travaux et peut être chargé de consignation.

Pour éviter les risques d'électrisation, il faut strictement respecter les méthodes de consignation (soit en 1 étape, soit en 2 étapes).

A chaque fois, que vous intervenez sur une installation électrique, il faut que vous vous assuriez que l'endroit où vous intervenez est hors tension et le restera pendant toute la durée de vos travaux. Sur des chantiers avec de nombreux corps d'état, il faut consigner l'organe sur lequel vous allez travailler en apposant votre cadenas, ou en recevant une attestation de consignation du chargé de consignation et en vérifiant que la consignation est bien réelle.

Les brûlures

Les brûlures sont liées à des courts circuits. Ceux-ci peuvent avoir lieu car la consignation n'a pas été faite correctement, ou que vous travaillez en présence de pièces nues sous tension. Dans le cas où il n'est pas possible de faire autrement que de travailler au voisinage de pièces nues sous tension, il faut se protéger au maximum, mettre des nattes isolantes et s'assurer d'avoir les outils adaptés aux travaux à effectuer (outils isolants).

Les chutes de hauteur

Pour éviter les chutes de hauteur, il faut investir dans des équipements de protection collective. Tout d'abord, on peut penser à l'échafaudage (roulant ou fixe), mais il existe aussi des PIRL (Plateforme Individuelle Roulante Légère), des nacelles élévatrices, ou des chariots élévateurs ou chariots télescopiques équipés de nacelle. Pour chacun de ces systèmes, il faut avoir reçu une formation spécifiques (sauf pour les PIRL), et surtout une autorisation (un article sera fait pour expliquer la différence entre autorisation et formation). Il n'est pas toujours nécessaire d'acheter ces équipements, il est aussi possible de les louer.

Pour l'utilisation des nacelles (chariots élévateurs, chariots télescopiques) et pour des travaux sur les toitures, il faut que l'utilisateur soit muni d'un harnais et soit formé à son port. Lors des travaux sur toiture, il est nécessaire de mettre en place des points d'ancrage. Pour cela, il est possible de faire appel à des sociétés spécialisées ou de se former. Des points d'ancrage peuvent être mis en place grâce à des cordes, par exemple.

Les troubles musculo-squelettiques et la manutention de charge

Ce sont les maladies professionnelles les plus fréquentes. Elles amènent une baisse de qualité du travail et une baisse de performance. Pour éviter ces troubles, il faut former les salariés aux gestes et postures (ou formation PRAP : prévention des risques liés à l’activité physique), essayer d'alterner les tâches pour éviter de faire le même geste trop longtemps, aménager au mieux son poste de travail. Si le besoin s'en fait ressentir, il est tout à fait possible de faire appel à la médecine de travail pour qu'elle vous aide à étudier les différents postes de travail de votre métier. Ainsi, vous pourrez mettre en place des protections efficaces ou des méthodes de travail particulières.

Pour ce qui est du port de charge, il faut toujours essayer de la limiter au maximum (Article R4541-3 du code du travail : "[...] éviter le recours à la manutention manuelle de charges par les travailleurs."). L'employeur doit mettre à disposition les moyens de manutentions adaptés au travail à réaliser. Ainsi, il est possible d'investir dans des chariots élévateurs, des diables, des transpalettes, des palans... Il existe de nombreux moyens pour le levage de charge ou tout simplement pour le port de charge. Souvent, ces moyens sont disponibles à la location.

Gestion de la coactivité

Pour limiter la coactivité, il est nécessaire de réaliser des réunions régulières (ou des points brefs le matin) entre chefs d'équipe sur des petits chantiers, et avec les interlocuteurs concernés (maître d’œuvre, maître d'ouvrage, chefs d'entreprise, chefs de chantier, Coordinateur SPS (sécurité et protection de la santé)...) sur les chantiers plus importants. Pour ces derniers, il est aussi nécessaire de rédiger des documents particuliers soit un plan de prévention, soit un PPSPS (plan particulier de sécurité et de protection de la santé). Le choix de l'un de ces documents sera fait en fonction de la règlementation à laquelle est soumis le chantier.

Pour les électriciens, la question de la coactivité rejoint celle de la consignation. Il faut prendre conscience que sur un chantier si l'organe sur lequel vous travaillez n'est pas condamné avec votre cadenas, il peut être remis en tension à tout moment, c'est souvent dans de tels cas que des accidents arrivent.

Conclusion

Le métier d'électricien est un métier soumis à des risques importants, les accidents, quand ils arrivent, peuvent avoir rapidement de graves conséquences. Il faut être rigoureux et s'en tenir scrupuleusement à des méthodes de travail strictes. Il ne faut pas hésiter à mettre en place plusieurs mesures de protection et de prévention.

Si vous souhaitez avoir plus d'informations sur les risques et la prévention liés à ce métier, n'hésitez pas à me contacter. Vous pouvez aussi consulter le site de l'INRS.

Electricien-article-metier

Vos questions ou suggestions...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.